Press "Enter" to skip to content

Sexualité après cancer du sein

La maladie (tout comme la fatigue) favorise le non-désir. La mastectomie entraîne une nécessaire adaptation à l’image du corps ainsi modifiée et peut prendre du temps. Il n’est pas rare que la libido (le désir sexuel) soit diminuée ou même absente pendant la durée du traitement. Si cela perdure, il est bien d’en parler avec un médecin.

La radiothérapie ne pose aucun problème pour avoir des rapports sexuels. Il n’y a aucun effet du traitement sur le partenaire, aucun risque pour les proches, aucune contamination possible de la maladie ou du traitement. Il est important de prévoir quelques préventions : une contraception par préservatifs pendant la durée du traitement car aucune autre contraception n’est possible pendant cette période. Il est déconseillé d’avoir une grossesse pendant le traitement mais cela peut être envisagé plus tard (un à deux ans après la fin des traitements), s’il n’y a pas eu d’arrêt des régies pendant les traitements.

Durant le traitement, qu’il y ait eu tumorectomie ou mastectomie, les patientes sont parfois déprimées et doivent prendre le temps qui leur est nécessaire afin d’accepter des modifications corporelles toujours traumatisantes.

Il y a parfois des vécus de repli sur soi, de dépression, de tristesse, de révolte, d’agressivité passagère, d’anxiété ce qui est tout à fait normal et doit être entendu par les proches et par l’équipe soignante. Il est souhaitable de pouvoir exprimer en couple ses doutes, ses craintes, ses ressentis par rapport à la maladie et aux traitements.

De même, le manque de désir sexuel, le manque de confiance en soi, en son corps, peuvent aussi prendre du temps avant de retrouver un certain équilibre.

le traitement du cancer du sein ne rend pas stérile (si les règles persistent après les traitements), il est donc nécessaire d’envisager une contraception après le traitement La pilule est interdite (exception laite des pilules à la progestérone seule). Il est souvent recommandé d’envisager un dispositif intra-utérin (le stérilet) ou l’utilisation de préservatifs.

Pour les lemmes qUI ne désirent plus de grossesse et qui le souhaitent. une ligature des trompes peut être effectuée. Concernant le traitement substitutif de la ménopause, il est souvent déconseillé, mais à discuter avec le médecin. Il existe des traitements non-hormonaux que le médecin peut conseiller. L’ostéoporose peut être prévenue grâce au calcium, à la vitamine D.

Si certains signes gênants perdurent au delà d’un ou deux mois, il est important de contacter alors l’oncologue-radiothérapeute ou le médecin généraliste.