Press "Enter" to skip to content

Soleil, santé et… cancer

Les bienfaits psychologiques du soleil

Edmond Rostand (père du biologiste Jean Rostand) a écrit « Soleil, toi sans qui les choses ne seraient que ce qu’elles sont. » Effectivement, l’ensoleillement après une période nuageuse, pluvieuse et sombre a un effet revigorant. La dépression hivernale peut souvent être corrigée par l’exposition à la grande lumière, autant que possible solaire, ce qui est d’ailleurs devenu une prescription médicale fréquente, depuis quelques années -à appliquer avec prudence. Quels sont donc les effets physiologiques de l’ensoleillement mais aussi ses risques et contre-indications ?

Le soleil revitalisant

L’exposition (héliose) du corps nu (entièrement ou partiellement) au soleil a pour effet une activation de la transformation du cholestérol sanguin en vitamine D, indispensable pour la reminéralisation (assimilation du calcium). L’ostéoporose et, d’une manière générale, la croissance et la résistance osseuses, gingivales et dentaires s’en trouvent favorablement influencées. Mais gare aux abus !

Prudence pour la peau

La peau s’assombrit au soleil. Des pigments se développent pour la protection de notre enveloppe cutanée. De ce point de vue, les bruns sont moins sensibles que les blonds à l’ensoleillement et peuvent donc rester plus longtemps au grand soleil. De toute manière, une peau insuffisamment protégée du soleil peut présenter des brûlures, légères ou graves, parfois même profondes et tenaces, jusqu’à évoluer vers le cancer de la peau, redoutable complication de plus en plus fréquente qui nécessite des soins médicaux, associés autant que possible à des mesures d’hygiène vitale telles que la nourriture végétale crue, avec éventuellement des périodes de jeûne, à déterminer par le médecin naturothérapeute. Là encore, pourront intervenir les cataplasmes d’argile, seuls ou avec du chlorure de magnésium et des plantes médicinales bien choisies (sans oublier la feuille de chou).

Protection antisolaire de la peau

Des produits sont présentés dans le commerce esthétique courant. Leur utilisation peut être utile mais la protection obtenue par leur utilisation est spécifique et variable. Les utiliser peut être insuffisant et dommageable dans certains cas car la personne peut en éprouver une fausse sécurité.

Comment faire, en pratique ?

Des produits naturels peuvent être utilisés mais leur effet antisolaire est, de toute manière, limité. Huiles de jojoba, d’amande douce, de macadamia etc. peuvent être utiles et bienfaisantes. Le mieux, selon notre expérience, est de suivre les principes que voici Alimentez-vous très légèrement, avec de préférence des crudités, dans les périodes marquées par des bains de soleil assez intenses. II est préférable de ne pas se laver le visage et le corps au savon (surtout si celuici est renforcé en détergent) le jour où doit être pris un bain de soleil. En effet, le sébum naturellement produit par la peau contribue à protéger la « morsure » des rayons solaires. Ne vous présentez que brièvement au soleil si vous souffrez d’un trouble aigu en forme de catarrhe en général : rhume, grippe, de même que rougeole, varicelle, éruption cutanée importante. Couvrez-vous tête. Une exposition du corps au soleil vif d’une durée d’une heure anéantit presque totalement la réserve de lymphocytes T4 de notre organisme, c’est-à-dire qu’elle réduit considérablement nos défenses immunitaires. Ne vous présentez pas au soleil si vous vous sentez en état de malaise : céphalée par exemple. Evitez d’exposer au soleil un nouveau-né ou un nourrisson, ou même un très jeune enfant en général, et surtout évitez-lui le brunissement marqué de la peau au soleil (« Coup de soleil avant 70 ans, risque de cancer cutané avant 30 ans »). Protégez-vous à l’aide de vêtements et d’un chapeau ou bob très léger, de couleur blanche ou claire. Protégez vos yeux avec des lunettes à verres légèrement colorés. Ne regardez pas en face le soleil brillant. En été, dans les régions et périodes très ensoleillées, exposez-vous au soleil de préférence avant 10 heures (heure solaire) et après 15 heures. Pendant le bain de soleil, ne restez pas trop immobile mais marchez, courez, jouez… Après le bain de soleil, appliquez-vous, si possible, une huile légère et naturelle. André PASSEBECQ ex-chargé de cours de Naturothérapie à la Faculté de médecine Paris?XIII, Président de Vie Action Ne confondez pas le coup de soleil et l’insolation, ou coup de chaleur. Celui-ci est causé par un séjour excessif à une température excessive, d’où résulte un malaise plus ou moins grave, marqué notamment par la rougeur de la face, un mal de tête plus ou moins prononcé, des vertiges éventuellement. Les méninges et le cerveau tout entier peuvent en être affectés (parfois d’une manière mortelle). Appliquez de toute urgence une compresse d’eau froide sur la nuque et même sur les tempes. Jeûnez avec de l’eau et si possible du chlorure de magnésium, ou alimentez-vous de crudités pendant au moins une semaine. Il peut en résulter des problèmes cérébraux plus ou moins forts et durables. Les jeunes enfants y sont particulièrement sensibles. Protégez-les et ne les laissez pas séjourner à la chaleur excessive (tente, voiture vitres fermées au soleil etc.). Protégez aussi, bien sûr, vos animaux de compagnie. (André Passebecq). Sur le bain d’air et de soleil, lire Initiation à la santé intégrale, par André Passebecq Lu dans Pluriel Nature