Press "Enter" to skip to content

Cancer de l'œsophage : diagnostic et traitement

Le cancer de l’œsophage se caractérise par l’apparition de tumeurs malignes, se développant aux dépens des cellules de l’œsophage. Considéré comme le 3eme cancer digestif en France, plus de 5000 cas par an sont recensés. Les plus touchés sont les hommes de plus de 45 ans. Il existe principalement de type de cancer du tube digestif : le cancer épidermoïde et l’adénocarcinome. Voyons comment diagnostiquer le cancer de l’œsophage et quels sont les traitements possibles et approches thérapeutiques complémentaires.

Quelle démarche diagnostique adopter ?

Pour diagnostiquer la présence d’un cancer de l’œsophage, cela demande des examens approfondis. La démarche diagnostique servant à préciser la nature et l’étendue de la maladie.

Bien que la survenue du cancer de l’œsophage semble, à ses débuts, asymptomatique, il importe de le diagnostiquer suffisamment tôt pour accroître ainsi les chances de réussite de traitement. Si certains symptômes n’indiquent pas forcément la présence ni un développement de tumeurs cancéreuses, il est capital de consulter un médecin pour qu’il puisse faire les examens servant à déterminer la cause de la survenue d’un cancer de l’œsophage. Les principaux symptômes nécessitant des examens approfondis et complémentaires sont :

  • La difficulté à avaler les aliments solides
  • La sensation d’aliments restés bloqués à l’arrière du sternum
  • La perte du poids de manière inexpliquée
  • Des douleurs au thorax
  • Des brûlures d’estomac permanentes et intenses
  • Des nausées et vomissements de sang

Le diagnostique repose sur des examens spécifiques, comme :

  • L’endoscopie digestive haute
  • La biopsie
  • La fibroscopie œsophagienne consistant à faire passer un tube souple dans l’œsophage. Cette dernière méthode de diagnostic permet de prélever des tissus semblant enflammés et anormaux.

Ce processus de diagnostique prend en compte l’enquête préalable servant à identifier les éventuels facteurs de risque et antécédents personnels et familiaux.

Par ailleurs des examens dits complémentaires sont également menés visant par là même à recherche d’éventuels grosseurs et autres anomalies au niveau des organes du système digestif (foie, estomac) mais aussi niveau des cervicales et du cou (adénopathies cervicales, adénopathies sus-claviculaires, ganglions lymphatiques de grosse taille)

En cas de suspicion de cancer, un examen endoscopique œsogastrique est requis. Il permet une observation approfondie de l’œsophage, de l’estomac et de la première partie de l’intestin grêle. Les lésions et autres inflammations constatées font l’objet de prélèvement et de biopsie, afin d’être analysés (l’examen anatomopathologique) afin de diagnostiquer le type de cancer, ses caractéristiques et son étendue.

Au moment du diagnostic et en cas de présence de tumeur, il importe de bien évaluer l’étendue du cancer, afin de pouvoir par la suite faire le bon choix quant au traitement à suivre selon la situation et le type de cancer ainsi diagnostiqué.

Pour en savoir davantage sur les diagnostics du cancer de l’œsophage, consultez le site de l’association Espoire.

À ce stade de l’analyse et selon les cas, d’autres examens complémentaires peuvent être entrepris. Un scanner thoraco-abdominal sert à évaluer l’étendue et le stade d’évolution de la maladie. Une endoscopie de l’œsophage fournit un examen approfondi de la paroi de l’œsophage et des ganglions lymphatiques voisins. La recherche d’éventuelles adénopathies s’effectue grâce à une échographie du cou et de la zone située au-dessus des clavicules. Enfin l’endoscopie de la trachée et des bronches ou bien encore la nasofibroscopie peuvent être réalisées pour établir le traitement le plus adapté.

Quels sont les traitements possibles des cancers de l’œsophage ?

Il existe des traitements pris isolément ou en combinaison pour traiter les cancers de l’œsophage qui sont respectivement :

  • Le traitement par endoscopie
  • La chirurgie
  • La chimiothérapie
  • La radiothérapie

Tous ces traitements possibles à adapter selon les types de cancer ont pour principaux objectifs :

  • La suppression des tumeurs et métastases
  • La réduction des risques de récidive
  • Le ralentissement ou la rémission du développement des tumeurs malignes
  • Le traitement des symptômes causés par la maladie