Press "Enter" to skip to content

Les types et la nature du cancer du poumon

Le cancer est une maladie dans laquelle des cellules anormales dans un organe ou un tissu se mettent à croître et à proliférer hors de contrôle. Les cellules normales se reproduisent toute la vie durant, mais de façon ordonnée et sous contrôle. Si la croissance est normale, les tissus usés sont remplacés, et les blessures guérissent.

Quand les cellules croissent hors de contrôle et forment une masse, on parle de tumeur. Certaines tumeurs se forment et ne grandissent que là où elles sont nées, on parle alors de tumeurs bénignes.

Les différentes façons de réagir des cellules du tissu d’un même organe exposé à des agents cancérigènes de types différents font que différents types de cancers du poumons peuvent se retrouver dans le même organe. Ce qu’illustrent bien les cancers primaires affectant le poumon qui sont décrits plus bas. Les trois premiers types du cancer du poumon se développent dans la membrane qui tapisse les conduits aériens, l’endroit le plus exposé aux polluants respirés.

  • Le cancer des cellules squameuses (épithéliome) est le plus répandu des cancers du poumon, de 40 à 45 %.
  • Le cancer des grosses cellules indifférenciées se retrouve dans 5 à 10 % des cas.
  • L’épithéliome à petites cellules des bronches compte pour 15 à 20 % de tous les cas de cancer du poumon diagnostiqués. Par suite de la rapidité avec laquelle il se propage à partir d’un foyer central caractéristique, la chirurgie est rarement indiquée comme traitement. On a toutefois obtenu des résultats encourageants en utilisant la chimiothérapie contre ce type de cancer du poumon.
  • L‘adénocarcinome survient ordinairement dans les régions éloignées du poumon. Son incidence est de 25 – 30 % de tous les types du cancers du poumon peuvent affecter les non-fumeurs.
  • Le cancer broncho-alvéolaire du poumon se retrouve dans les régions plus périphériques encore, et compte pour moins de 5 % de tous les cas. Il peut, lui aussi, affecter les non-fumeurs.
  • On peut aussi rencontrer d’autres types de cancers rares, mais mis ensemble, ils ne représentent pas 5 % des cas, un très petit pourcentage