Press "Enter" to skip to content

Médecin et tests du cancer prostatique

Plusieurs éléments doivent être pris en compte avant d’entreprendre une série de tests pour confirmer ou exclure un diagnostic de cancer de la prostate. De façon somme toute rassurante, le cancer de la prostate est généralement indolent (croissance lente). Il serait donc prudent de différer temporairement les tests invasifs et les traitements pour permettre une discussion informée entre l’homme, sa famille et ses médecins traitants. Les hommes devaient discuter avec leur médecin des bénéfices et des risques potentiels des tests de cancer de la prostate. L’évaluation initiale, qui devrait comprendre le bilan des symptômes, les antécédents familiaux de problème de prostate, le dosage de l’antigène prostatique spécifique (APS) et un toucher rectal (TR), abordés plus loin, peut suggérer fortement un problème de prostate, mais un diagnostic définitif de cancer de la prostate ne peut être obtenu qu’après une biopsie de la prostate.

Un dosage de l’APS signifie toujours un cancer de la prostate, un dosage « normal » de l’APS exclut une maladie de la prostate.

Le dosage de l’APS est une science imparfaite et les niveaux de l’APS sont influencés par des problèmes autres que le cancer de la prostate. Bien que plusieurs recherches sur le cancer de la prostate soient consacrées au développement d’un marqueur plus spécifique du cancer de la prostate, le dosage de l’APS reste le plus utile des marqueurs de tumeur dans la pratique clinique. Un dosage annuel régulier de l’APS établit le niveau de base de l’état de santé de la prostate; des changements significatifs du dosage de l’APS d’un test à l’autre indiquent des changements à l’état de la prostate et nécessitent des tests complémentaires pour déterminer la présence du cancer de la prostate aux stades précoces – et les mieux traitables.

Une biopsie prostatique « négative » (pas de cancer) exclut définitivement un cancer de la prostate, même en présence d’un taux élevé de l’APS.

Malheureusement, non! Bien que tout soit mis en œuvre pour prélever des échantillons représentatifs adéquats de la prostate pendant la biopsie, de petites tumeurs peuvent être difficiles à repérer. Des biopsies répétées sont donc recommandées si le médecin suspecte une tumeur non diagnostiquée. Dans certains cas, de multiples biopsies répétées sont nécessaires.