Press "Enter" to skip to content

La science du cancer

Le cancer est essentiellement un problème de multiplication cellulaire non contrôlée. La majorité des cellules de notre corps ne cessent de se diviser, vieillir puis mourir de façon régulière et ordonnée; ce processus est contrôlé par des gènes spécifiques. Le cancer survient lorsque les mutations génétiques provoquent une perte de contrôle du processus ordonné de remplacement des cellules.

Qu’est ce que le cancer

Cancer est un terme général pour désigner plus de 100 maladies qui surviennent lorsque les cellules normales cessent de recevoir les signaux qui déterminent leur comportement normal et d’y répondre. Chez l’adulte, le nombre de cellules qui sont créées et qui meurent sont environ les mêmes, préservant ainsi l’équilibre du corps adulte. Parfois, cependant, les contrôles qui assurent la régularité de la division cellulaire et la croissance cellulaire se dérèglent. Puis, ces cellules anormales se divisent indéfiniment même si le corps n’a pas plus besoin de ce type de cellule. Cette multiplication entraîne la formation d’une masse de cellules appelée tumeur ou néoplasme.

Tant que les cellules restent regroupées en une seule masse, la tumeur est considérée bénigne (non cancéreuse) et présente rarement un problème médical sérieux à moins que sa taille ou ses sécrétions n’affectent les tissus normaux avoisinants. Si, toutefois, les cellules acquièrent la capacité d’envahir les tissus avoisinants, la tumeur est appelée maligne (cancéreuse). Certaines tumeurs malignes primaires peuvent rester localisées dans leurs tissus d’origine pendant des périodes relativement longues. C’est le cas pour les cancers de la prostate, des ovaires et du sein. Un cancer est appelé métastatique lorsque les cellules envahissent les tissus avoisinants ou entrent dans le flux sanguin et les vaisseaux lymphatiques, formant par la suite des tumeurs secondaires dans d’autres organes.

Qu’est ce que le cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate est habituellement formé de multiples tumeurs primaires de petite taille à l’intérieur de la prostate. À ce stade, la maladie peut souvent être guérie (les taux de guérison sont de 90 % ou plus) à l’aide de thérapies comme la chirurgie ou la radiothérapie. Le but de ces traitements est de retirer ou de détruire toutes les cellules cancéreuses à l’intérieur de la prostate. Malheureusement, à ce stade, le cancer de la prostate produit peu, ou pas, de symptômes et peut être difficile à détecter.

Si elles ne sont pas traitées et qu’elles continuent de croître, les cellules cancéreuses dans la prostate peuvent métastaser (se propager à d’autres parties du corps) où elles produiront des tumeurs secondaires. Les taux de guérison chutent dramatiquement après l’apparition de métastases.

Dans la majorité des cas, le cancer de la prostate croît très lentement. Il faut habituellement plusieurs années pour que les tumeurs deviennent suffisamment grosses pour être dépistées; et il en faut davantage pour qu’elles se propagent à l’extérieur de la prostate. Toutefois, chez un petit nombre d’hommes, le cancer de la prostate est agressif et se développe rapidement; il devient alors difficile d’en identifier le type, ce qui complique les décisions de traitement.